Le Percolateur

  • Search:
    • dé Coup de dé :
  • Connexion / Admin





 
 

Heuristique & Sémiologique

 

La chaîne et le rhizome

Filed under: Verbe,Webzette n°14 — Author : — 20 May 2007 —

La chaîne et le rhizome.
Je vous propose un texte que j’ai écrit en mars 1981 pour le Journai “Libération” et qui a été publié le 23 juin 1981. Je vous conseille avant sa lecture de vous rendre à la page “Couloir” de cette Webzette 14 où sous le titre : “Schizochaîne” je vous explique rapidement les raisons de cette réédition.

Et le chêne répète ses glands

Miche! Serres prétend que la botanique sera la reine des sciences ( à l’instar de la biologie actuelle), Elle permet, en tout cas, à Deleuze et à Guattari {Les mille plateaux) de nous proposer un outil de réflexion intéressant le concept de “rhizome” qu”ils opposent à celui de l’arbre.

L’arbre est enraciné, Il se développe en rameaux à partir d’une forte unité principale, vitale, indispensable. Il est centré, centralisé. et hiérarchique. il relève de la mémoire longue (ex: la famille). Il est généalogique. Ses canaux de transmission et de liaison sont préétablis. Mais s’il y a l’axe autoroutier il y a aussi les sentiers dans la campagne ef leurs promesses de rencontres fortuites et aléatoire.

Les sentiers relèvent du rhizome. Le rhizome se développe en concrétions bulbeuses, en tubercules. “N’importe quel point du rhizome peut être connecté à n’importe quel autre”. Il est hétérogène et multiple. il n’a pas de début, il peut être rompu, brisé en un point quelconque. (La fourmilière se reconstitue après avoir été dispersée par le promeneur) Il est souple, adaptable, étranger au génératif, moléculaire et anarchique.

Depuis trente ans, le schéma technique de la TélévIsion est avant tout un arbre. Un arbre avec la racine fortement pivotante d’un centre de production avec un tronc hertzien rigide et un point de ramification : l’émetteur. La technique de diffusion subit les contraintes du territoire : obstacles géographiques, lois de propagation de Fresnel….Au bout des rameaux, le récepteur de télévision, fruit fortement attaché (on dit se brancher) se nourrit de la substance même du tronc hertzien (ondes HF) et de sa racine pivotante (le Programme). La chaîne (tel le chêne) est fragile parce que rigide, elle ne s’adapte pas elle se rompt sous le boutoir de l’arrêt de travail d’une catégorie de personnel ou de la coupure secteur. La chaîne de télévision n’existe que dans un intervalle de temps entre le début et la fin du programme, le téléspectateur doit s’adapter à cette rigidité, s’y conformer, la faire sienne.

L’arbre télévision pousse ses rameaux rigides jusque dans le quotidien de chacun. Trois chênes ne font pas une forêt mais trois arbres ou un arbre à trois racines, avec la même raideur fragile et au bout la même contrainte sociologique. Et le chêne répète ses glands ! Au centre d’un récepteur de TV, il y a l’étage vidéo. Riche de virtualité cette boîte noire et son système détecteur se libèrent des étages HF et de la sève hertzienne. C’est de là que tout est remis en question, de cette séparation, de cette autonomisation de l’écran. Relié au téléphone (télématique), à l’ordinateur domestique, au pupitre de jeux, au tuner (récepteur HF du réseau terrestre, satellite et câblé, télé locale, ..) au magnétoscope (vidéothèque, production de la caméra personnelle,..) Il tient une place analogue à celle des enceintes HI FI (grosses de la multiplicité sonore). Ce bourgeonnement rhizomorphe condamne les chaînes à n’être plus que des fournisseurs de programmes PARMI d’autres, on peut se “débrancher”. Le système perd son centre et l’on assiste à une prolifération quasiment anarchique. Autour de l’écran vidéo, le groupe gagne en autonomie (même par rapport à l’arbre énergétique par la faible consommation de ses composants) et s’ouvre à la multiplicité des sources. Des réseaux informels se constituent sans territoire, comme ceux des fanzines, les réseaux les plus souples de la culture. NETWORK-PATCHWORK. Les trames se jouent de la rigidité des chaînes. Points de chaînette sur canevas troué; tissu fractal et lacunaire. Développement turbulent et anti-clone. Les notions de carrefour, d’heures d’écoute privilégiées disparaissent. Le temps est découpé, récupéré et maîtrisé (magnétoscope à enregistrement programmé). La possibilité existe enfin de rechercher le temps perdu et de le retrouver. Au travers de la linéarité chronologique s’inscrivent les obliques des choix individuels. Schizo-chaîne.

Les forêts relèvent du rhizome avec leurs morts, leurs renaissances, leurs mouvances ,leurs clairières, leurs exubérances, leurs entrelacs buissonneux. Le rhizome peut, lui aussi, cacher des concrétions arborescentes, un enracinement brutal. Subrepticement le rhizome vidéo peut nourrir en son sein l’arbuste de la culture officielle ou le bonzaÏ de la technologie monopolistique. “Small is beautifull” , le petit s’agglutine et parasite à l’occasion le grand, touffe de gui sur la chaîne. Mais qui peut dire s’il n’y a pas quelque part un gland qui aurait échappé au mouvement tourbillonnaire, prêt à germer en une nouvelle rigidité, sous l’action d’un jardinier tel Big Brother ? Les tribus nomades susciteront-elles le village planétaire, uniquement pour le parasiter ? Quel fabuliste nous le contera ? De ce hasard naîtra-t-il une nouvelle nécessité ? Quel botaniste-philosophe nous le dira ! !

 

 

© Droits de reproduction réservés - Le Percolateur de Gilbert FRANCOIS -
Lyon - http://www.lepercolateur.info/ - Date d´édition: 2019-11-11 21:00:48 -

© Droits de reproduction réservés - Le Percolateur de Gilbert FRANCOIS - Lyon (http://lepercolateur.info/) - 2008-9 v4_3
Autre publication (percolation hebdomadaire) : Le Webdo Perco.
- 0.10 secondes - W3C