Webdo Perco : percolation hebdomadaire

Ce site en annexe du “percolateur” ne prétend à l’exhaustivité, ni à l’autorité mais simplement à une curiosité vagabonde dans cette “bribiothèque” de notre époque, ces “bouts écrits”, ces fragments, ces éclats de Vérité voire ces coups de gueule. Kaléidoscope ou Patchwork. Du tabulaire forcément lacunaire.

  • August 2009
  • July 2009
  • June 2009
  • May 2009
  • April 2009
  • March 2009
  • February 2009
  • January 2009
  • December 2008
  • November 2008
  • October 2008
  • September 2008
  • August 2008
  • July 2008
  • June 2008
  • May 2008
  • April 2008
  • March 2008
  • February 2008
  • January 2008
  • December 2007
  • November 2007
  • October 2007
  • September 2007
  • August 2007
  • July 2007
  • Tisserand géomètre, facilitateur du parcours et du transport

    D’abord, trouver conditionnellement, une parole, un logos, qui, déjà, ait travaillé à connecter les crevasses qui courent à travers le chaos spatial des variétés déconnectées. Ainsi, trouver le Tisserand, le Tisserand proto-ouvrier de l’espace, prosopopée de la topologie et des noeuds, le Tisserand qui travaille à recoudre localement deux mondes séparés, séparés, dit le mythe des autochtones, par un arrêt subit, la césure métastrophique accumulant les morts et les naufrages: la catastrophe. Ouvrier, dit Platon en ce discours où viennent au concours la dichotomie rationnelle et le mythe des deux espaces-temps, la mesure commune et le Tisserand, ouvrier qui démêle, entrelace, tord, assemble, passe dessus, dessous et renoue, le rationnel, l’irrationnel, savoir le dicible et l’indicible, la communication et l’incommunicable. Ouvrier de l’espace unique, espace de la mesure et du transport, cet espace euclidien de tout déplacement possible sans changement d’état, substitué un jour, royalement, aux multiplicités proliférantes de morphologies non liées. A pratiquer la dichotomie, ses chemins connectés, il faut savoir que ses coupures suivent et recouvrent le vieux récit mythique où les mondes sont déchirés par une catastrophe, que seul le Tisserand sait recoudre ou péut réunir. Alors et alors seulement naît la Géométrie et le mythe se tait. Alors le logos ou rapport se déploie, chaînes et réseaux, sur l’espace lisse du transport, qui remplace à soi seul le discours des parcours. L’homogène lié gomme les catastrophes,. et l’identité congruente oublie les homéomorphies difficiles. La raison, comme on dit, a triomphé du mythe; non, c’est l‘espace euclidien qui a refoulé une topologie sauvage, c’est le transport et le déplacement sans obstacles qui ont pris tout d’un coup la place du parcours, le vieux parcours d’îles en catastrophes, du passage à la faille, du pont au puits et du relais au labyrinthe.

    Michel Serres “DIscours et parcours”, article dans “CRITIQUE”, Avril 1975, n° 335.

    29 Aug 2008 — Lien unique

    dé  Webd'azard

    Distinction européenne.

    Nous affirmons notre appartenance à la culture européenne […] par notre capacité à garder une distance critique envers nous-mêmes, de vouloir nous regarder par les yeux des autres, d’estimer la tolérance dans la vie publique, le scepticisme dans le travail intellectuel, la nécessité de confronter toutes les raisons possibles aussi bien dans les procédures du droit que dans la science, bref de laisser ouvert le champ de l’incertitude. […] Cette aptitude à se mettre soi-même en question, à abandonner […] sa propre fatuité, son contentement de soi pharisien, est aux sources de l’Europe en tant que force spirituelle. »
    Leszek KOLAKOWSKl
    «Il est une question qui nous hante. Elle remonte à Hérodote: nous autres, Grecs, risquons notre vie sur des bateaux qui font eau, sur des chameaux, des éléphants pour nous rendre par tous les moyens possibles dans les parties les plus incroyables de la terre et interroger d’autres peuples sur leur façon de vivre, leur demander qui ils sont, ce que sont leurs lois. Aucun d’eux ne nous a jamais visités. »
    George STEINER
    Extraits de textes en exergue de l’ouvrage “L’exception européenne” de Jacques Dewitte édité par Michalon.(2008) On peut rapprocher ces textes de la conception valéryenne de l’Homme Européen sur “le Percolateur’.

    28 Aug 2008 — Lien unique

    Revue percolante

    Selon le voeu de Georges Bataille, son fondateur, la revue “Critique” voudrait donner un aperçu, le moins incomplet qu’il se pourra, des diverses activités de l’esprit humain dans les domaines de la création littéraire, des recherches philosophiques, des connaissances historiques, scientifiques, politiques et économiques. Je viens de redécouvrir la revue Critique que j’ai beaucoup pratiqué il y a fort longtemps. C’est dans cette revue entre autres que j’ai découvert Michel Serres, Deleuze, Derrida, Bouveresse,…et les Éditions de Minuit.

    24 Aug 2008 — Lien unique

    La botanique, réserve de métaphores ou de concepts ?

    Présentation par l’éditeur (Le Seuil) de “L’herbier des philosophes” de Jean-Marc Drouin qui vient de sortir en librairie..
    Science ” aimable ” et populaire, art d’effeuiller la marguerite, la botanique, devenue partie prenante de la recherche en biologie, a longtemps été le lieu d’affrontement de grandes querelles philosophiques auxquelles prirent part Leibniz et Rousseau, Goethe, Coleridge ou Condorcet. Le système sexuel développé dans la Philosophie botanique de Linné n’offusqua pas seulement la très puritaine Encyclopaedia Britannica, il inspira aussi diverses classifications zoologiques, voire – à Auguste Comte – une classification des sciences au parfum végétal bien marqué. Quant à Charles Darwin, on ne s’étonnera pas de le trouver ici penché sur primevères et orchidées, trouvant dans la botanique quelques idées-forces de sa théorie. Au terme de cette excursion très rousseauiste, on se prend à penser que, s’il n’y eut jamais, comme le disait Kant, de ” Newton du brin d’herbe “, le végétal eut cependant de patients observateurs, de hardis théoriciens et de merveilleux penseurs.”
    Il y a plus de vingt ans Miche! Serres prétendait que la botanique serait la reine des sciences, A cette époque, elle permettait en tout cas, à Deleuze et à Guattari {Les mille plateaux) de nous proposer un outil de réflexion intéressant le modèle de “rhizome” qu”ils opposent à celui de l’arbre (LE PERCOLATEUR). La richesse symbolique et métaphorique de la botanique s’impose d’évidence, mais de là, à rivaliser avec les mathématiques ou la physique, comme outil philosophique de création conceptuelle…

    On peut aussi toujours dans” le percolateur” lire : Racines et Culture, pour une botanique critique.

    20 Aug 2008 — Lien unique

    L’écriture au service de la science ?

    Les humanistes insistent sur les vertus et les plaisirs de l’art d’écrire, qui n’est pas un ornement ou une vaine affectation, mais un outil essentiel pour soutenir l’attention et approfondir la compréhension. Les scientifiques, de leur côté, tout en reconnaissant la nécessité d’atteindre à la brièveté et à la clarté, tendent à affirmer que la recherche du style, de la mise en forme plutôt que de la substance, ne joue aucun rôle dans la science…. Ce manque d’intérêt des scientifiques pour le style, joint à l’idée bien ancrée que la qualité de la prose n’ajoute rien à la force d’un argument, Chez les humanistes, un tel talent verbal serait reconnu. Mais les scientifiques, persuadés que la qualité de leurs mesures et la logique de leur présentation suffisent à emporter l’adhésion, se refusent à reconnaître la puissance de la prose,…Très attaché à l’illumination mutuelle de la science et des humanités, je constate qu”il est vrai que nous écrivons plutôt mal, mais que nous parlons généralement avec bien plus d’aisance que les scientifiques....A partir d’un texte de Stephen J. Gould dans Alliage n° 57

    18 Aug 2008 — Lien unique

    Micrologie.

    Sous le titre : “Liens & création” nous avions fait référence dans ces colonnes à l’ouvrage de François Laplantine : “ De tout petits liens(1001 nuits), en ce qu’il étudiait les relations, les connexions entre les éléments et leur composition. Dans le même livre il s’attache aussi à la dimension de ces éléments, objets et thèmes de sa réflexion.
    Davantage qu’un objet d’étude, le petit s’impose à moi aujourd’hui comme une exigence de la connaissance précise.Il concerne presque tout ce que les sociétés contemporaines – notamment à travers le prisme des mass media rejettent, écrasent, refoulent ou projettent ailleurs. un mode de connaissance micrologique. Délaissant les grandes explications et les grands mots qui font immédiatement sens, François Laplantine est attentif aux petites liaisons et aux minuscules graduations que l’on peut observer dans des comportements en apparence anodins, mais qui pourraient bien avoir des implications éthiques et politiques. C’est à travers la concentration et la concision du minuscule (le pas, le peu, le moins) que se profilent non pas une espérance (un mot beaucoup trop grand), mais de petites bribes de sens…..
    On comprend l’intérêt du Percolateur pour ce livre et la proximité de ses thèmes, ajoutons que par ailleurs il est passionnant.

    17 Aug 2008 — Lien unique

    Méga coopération Montréal-Lyon (à propos de nanos) !

    Coopération franco-québecoise autour des nanotechnologies et des nanosystèmes Celle-ci vient d’aboutir à la création du Laboratoire Nanotechnologies et Nanosystèmes, le LN2, premier laboratoire International Associé (LIA) franco-québecois. Initié sur la base de relations scientifiques établies depuis plusieurs années, ce laboratoire a été mis en place entre le CNRS, l’INSA de Lyon, l’Ecole Centrale de Lyon, l’Universite Claude Bernard Lyon1, l’Université de Sherbrooke et l’Institut National de la Recherche Scientifique de Montréal. Cette nouvelle structure va permettre notamment de développer des collaborations dans plusieurs domaines prioritaires des nanotechnologies qui sont en forte expansion en France comme au Canada. Parmi ceux-ci, les analyses médicales et environnementales (développement de capteurs ultrasensibles pour la detection de polluants, la détection de molecules pour le diagnostic précoce de maladies telles que les cancers). Autre domaine prioritaire, les technologies nanoélectroniques et optoélectroniques qui visent à améliorer le traitement de l’information pour les systèmes de télécommunications et pour les applications biologiques et médicales. Enfin il y a également les énergies alternatives pour le développement durable : matériaux et procédés de production d’énergie à bas coût, avec un effort particulier sur les solutions photovoltaïques et les piles à hydrogène de nouvelle génération pour les systèmes embarqués.

    A partir du Bulletin Electronique France”

    Clés :
    15 Aug 2008 — Lien unique

    La coulpe est pleine !

    Je constate que nous sommes de plus en plus régulièrement invités à battre notre coulpe, à nous repentir, à nous frapper la poitrine, à nous avouer coupables, à implorer le pardon pour tous les péchés de notre Occident. Honte à nous.. Avouons tous nos forfaits. Faisons repentance et réparation (1), nous enfants et petits enfants des infâmes! La culpabilité se porte telle une bannière en ces temps ! On se morigène, par exemple, pour la traite des Noirs par les Européens à partir du xvie siècle, mais on ne dit jamais que la traite et la réduction systématique des Noirs en esclavage a été introduite en Afrique par les marchands arabes à partir des XI-XIIème siècles (avec, comme toujours, la participation complice des rois et chefs de tribus noirs), que l’esclavage n’a jamais été aboli spontanément en pays islamique et qu’il subsiste toujours dans certains d’entre eux. Je ne dis pas que tout cela efface les crimes commis par les Occidentaux, je dis seulement ceci: que la spécificité de la civilisation occidentale est cette capacité de se mettre en question et de s’auto-critiquer. Il y a dans l’histoire occidentale, comme dans toutes les autres, des atrocités et des horreurs, mais il n’y a que l’Occident qui a créé cette capacité de contestation interne (2), de mise en cause de ses propres institutions et de ses propres idées, au nom d’une discussion raisonnable entre être humains qui reste indéfiniment ouverte et ne connaît pas de dogme ultime..

    -(1) : D’aucuns prétendent que des experts ont été requis pour évaluer les préjudices ! Je ne crois pas à la réalité de cette information parue dans certains journaux il y a 1 mois ou deux.

    -(2) : Voir un article de Cornélius Castoriadis, “le Monde à venir” sur le site de la République des Lettres

    12 Aug 2008 — Lien unique

    Sur le bout de la langue…

    Pour une société, posséder une langue riche et vivante, complétée par des instruments de référence comme les dictionnaires et les grammaires, est un préalable à toute forme d’expression par la littérature, de diffusion par les arts et de progrès par les sciences, les technologies et les techniques. Aujourd’hui, comme hier, la configuration de tous les champs du savoir et les comportements quotidiens sont assujettis à la néologie, à la créativité lexicale incessante et vigilante, spontanée ou aménagée. La formation des mots se fonde sur la morphologie, la sémantique, sur l’emprunt, la métaphore, les glissements phonétique ou graphique, l’étymologie (souvent approximative !) et aussi (pourquoi pas?) sur l’humour. La création lexicale, motivée, ludique ou gratuite se doit d’être justifiée, expliquée, respectueuse de la grammaire et des règles de construction, il lui arrive souvent de s’auto-définir. À vrai dire, là est sa seule contrainte philologique ! Sa sanction en sera l’usage, donc son statut chez Alain Rey ou dans l’oubliette ! !

    Dans Le Percolateur, on peut se rendre sur le Percolexique n°3″ et/ou sur “à la fortune du mot”

    10 Aug 2008 — Lien unique

    Hydro-solaire.

    C’est un rêve d’écologiste : produire de l’énergie avec du soleil et de l’eau, à la manière de la photosynthèse réalisée par les plantes. Ce rêve pourrait devenir réalité, si l’on en croit les travaux, publiés dans la revue Science du 1er août, de deux chimistes américains du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Daniel Nocera et Matthew Kanan. Dans la nature, les végétaux utilisent la lumière comme source d’énergie pour fabriquer du sucre à partir de gaz carbonique et d’eau, dont les molécules sont décomposées entre d’un côté l’oxygène et de l’autre l’hydrogène. C’est cette réaction qui imite l’électrolyse de l’eau, et dissocie les molécules liquides en oxygène et hydrogène gazeux, comburant et carburant possibles d’un moteur propre.
    D’après Le Monde-Sciences.

    9 Aug 2008 — Lien unique

    « Mettre sur toutes choses l’accent circomplexe ! » Paul Valéry.

    La tentation est grande parfois de former des concepts assez hermétiques pour que nul ne puisse contester leur légitimité puisqu’on ne peut les comprendre (Jean- Louis Lemoigne). Paul Valéry nous conseillait alors de procéder au nettoyage préalable de la situation verbale. Par exemple, de nombreux traités assurent qu’ils vont nous dire ou nous apprendre “Comment Gérer la Complexité”, alors que la complexité est précisément ce qui ne se gère pas ; Elle nous invite plutôt à comprendre qu’il y a aussi de l’incompréhensible. Edgar Morin la définissait comme un tissu (texte) de constituants hétérogènes inséparablement associés (article du Percolateur) posant ainsi le paradoxe de l’un et du multipliple. L’unité du complexus ne détruit pas la vérité et la diversité des complexités qui l’ont tissé

    8 Aug 2008 — Lien unique

    Efficacité, efficience, effectivité et propension.

    François Jullien, philosophe et sinologue, professeur à l’Université Paris 7 et directeur de l’Institut de la pensée contemporaine, a publié (2005) aux PUF (Libelles) : “Conférence sur l’efficacité” dont voici la 4ème de couverture.
    D’un côté, la conception européenne de l’efficacité, est liée à la modélisation comme à la fidélité et revendique l’action jusqu’à l’héroisme ; de l’autre, la pensée chinoise de l’efficience, indirecte et discrète, s’appuie sur le potentiel de situation et induit des “transformations silencieuses”, sans éclat ni même évènement. Par-delà cet écart, il s’agira d’interroger la nature de l’effectivité ; ou comment l’intervention humaine réussit à se brancher sur la propension des choses et s’y laisse intégrer.
    . Ce propos se garde donc de.séparer tant soit peu l’art d’ opérer sur des situations et l’exercice de la philosophie ; en résultent des effets de lecture portant sur sur l’histoire du XX”siède ainsi que la géopolitique – et géoéthique – à venir.

    Je connais l’oeuvre de François Jullien (depuis environ 10 ans), en particulier le “Traité de l’efficacité” (Grasset 1997). Il est vraisemblable que le Percolateur a été influencé par cette “pensée”. Vous êtes invité à une interferrance dans le Percolateur, à vous de voir !

    Vous pouvez aussi consulter la contribution : “Réseau de soins” sur le site idee-s.info.

    4 Aug 2008 — Lien unique

    Sens unique ou surdité américaine

    Faut-il compter en effet pour paradoxe ou stratégie le double fait que les États-Unis célèbrent sur leurs campus, tous les jours, en principe et par correction politique obligatoire, la douce tolérance et l’accueil réel du multiculturel, si nécessaire, tout en éradiquant, de fait, au lance-flammes des médias de tout canal, cinéma, télévision, autoroutes de l’information et techniques informatiques, les cultures faibles et même naguère fortes dans le monde entier ? La faiblesse des traductions en direction de l’anglais mesure, en retour, sa volonté de surdité. (Michel Serres, Éloge de la philosophie en langue française.) On peut lire l’article sur l‘abbé Grégoire dans “Le Percolateur’

    Clés :
    3 Aug 2008 — Lien unique

    Ecarts d’identité.

    France, immigrés, islam, musulmans, intégrisme, foulard coranique, arabe, Rushdie, Khomeyni, mosquée, minaret, chiites, terrorisme, Abdallah, Georges, clandestins, réfugiés, frontières, djihad, Allah akbar! Beurs, froms, feujs, identité française, mosaïque, douce France, cher pays de mon enfance…
    Bouzid, installé en terre gauloise depuis quarante ans.Retraité. Analphabète. A compris que l’aventure ne se terminera pas avec lui. Un soir d’hiver dans un appartement de banlieue, après le dîner, il se lève, va dans sa chambre, installe par terre son tapis ” made in Corea », cherche la bonne direction et prie Allah à genoux. A ses côtés, Louisa, sa petite-fille aux cheveux blonds, le regarde, intriguée, du haut de ses deux ans, et elle demande à l’assemblée: « Qu’est-ce qu’il fait pépé? » Tout le monde rit. Une histoire est terminée. Une autre commence. Elle a les cheveux blonds et le teint méditerranéen. Dans la famille de Bouzid la transition s”est faite en souriant.

    Présentation de leur livre, édité par Le Seuil, collection Point-Virgule (1990), par :
    – Azouz Begag : chercheur et romancier. Lyonnais. Fils d’immigré algérien.
    -Abdellatif Chaouite: chercheur et enseignant. Immigré. Lyonnais. Fils de Marocain.

    Clés :
    2 Aug 2008 — Lien unique

    Genèse de la culture européenne

    Toute culture assimile des éléments de cultures voisines ou éloignées, mais elle se caractérise ensuite par la façon dont elle les assimile. il ne suffit pas de dire que nous devons le zéro aux Indiens ou aux Arabes si c’est en Europe que, par la suite, on a affirmé pour la première fois que la nature est écrite en caractères mathématiques. C’est que nous sommes en train d’oublier la civilisation gréco-romaine que l’Europe a assimilé tant sur le plan du droit que sur celui de la pensée philosophique. Même dans le domaine des croyances populaires, le Christianisme a englobé, souvent avec une grande désinvolture, des rites et des mythes païens et des formes de polythéisme qui survivent dans la religiosité populaire. Si le Moyen-Age chrétien ignorait en grande partie Platon, il connaissait le néoplatonisme, qui a grandement influencé les Pères de l’Eglise. On ne pourrait concevoir Augustin, le plus grand des penseurs chrétiens, sans l’assimilation de la lignée platonicienne. et comment imaginer une tradition chrétienne sans le monothéisme judaîque ? ! Texte établi à partir de notes de lectures d’Umberto Eco. On peut voir aussi sur ce sujet l’article “L’altération” sur le Percolateur

    Ainsi que sur l’européen selon Valéry”

    Clés :
    1 Aug 2008 — Lien unique

    Les pages du webdo perco contiennent les percolations hebdomadaires (quelles que soient leur dimension et leur forme) regroupées en pagination mensuelle. En haut à droite, toutes les 20 secondes, un texte du weddo est tiré au hasard ! Toutes les pages restent en archives accessibles via les menus en haut et bas de la page. Chaque webdo perco a son lien unique.
    Les recherches sont possibles de deux façons : via un mot saisi dans la zone sous la liste des titres en haut à gauche ou via un clic sur un mot-clé qui est affiché à la fin d’un webdo perco.

    (retour à la première page)

  • August 2009
  • July 2009
  • June 2009
  • May 2009
  • April 2009
  • March 2009
  • February 2009
  • January 2009
  • December 2008
  • November 2008
  • October 2008
  • September 2008
  • August 2008
  • July 2008
  • June 2008
  • May 2008
  • April 2008
  • March 2008
  • February 2008
  • January 2008
  • December 2007
  • November 2007
  • October 2007
  • September 2007
  • August 2007
  • July 2007
  • © Droits de reproduction réservés - Le Percolateur de Gilbert FRANCOIS -
    Lyon - http://www.lepercolateur.info/ - Date d´édition: 2017-12-17 20:26:15 -

    © Droits de reproduction réservés - Le Percolateur de Gilbert FRANCOIS - Lyon (http://lepercolateur.info/) - 2008-9 v4_3
    Autre publication (percolation hebdomadaire) : Le Webdo Perco.
    - 0.43 secondes - W3C