Le Percolateur

Webzette n°13

 
 

Heuristique & Sémiologique

Webzette n°13  (Webzette du mois d’avril 2007 )

Illustration du TREBUCHET

Author : Gilbert — 1 May 2007

Trebuchet

(Texte page VERBE) Dessin de Quentin

L’Histoire selon Hegel

Author : Gilbert — 22 Apr 2007

Une Leçon d’Histoire de HEGEL.

Pour Hegel l’Histoire est le long processus de la Connaissance du Monde et de la Conscience de Soi. Ce cheminement est celui de la Découverte de la Notion de Liberté. Il distingue la Liberté chez les Orientaux pour qui un seul individu est libre, le despote; en Grèce et en Rome où seuls sont libres les citoyens et les patriciens contre les esclaves et les plébéiens. Avec l’avènement de l’ère chrétienne c’est l’homme en tant qu’Homme qui est libre si bien qu’ils le sont tous. Voici un extrait de ” Leçons sur la philosophie de l’Histoire” de Hegel, traduit par Jean Gibelin pour la Revue de Philosophie n°8.

………..“. Chez les Grecs s’est d’abord levée la conscience de la liberté, c’est pourquoi ils furent libres, mais eux aussi bien que les Romains savaient seulement que quelques-uns sont libres, non l’homme, en tant que tel. Cela, Platon même et Aristote ne le savaient pas ; c’est pourquoi non seulement les Grecs ont eu des esclaves desquels dépendaient leur vie et aussi l’existence de leur belle liberté; mais encore leur liberté même fut d’une part seulement une fleur, due au hasard, caduque, renfermée en d’étroites bornes et d’autre part aussi une dure servitude de ce qui caractérise l’homme, de l’humain. – Seules les nations germaniques sont d’abord arrivées dans le christianisme, à la conscience que l’homme en tant qu’homme est libre, que la liberté spirituelle constitue vraiment sa nature propre; cette conscience est apparue d’abord dans la religion, dans la plus intime région de l’esprit; mais faire pénétrer ce principe dans le monde était une tâche nouvelle dont la solution et l’exécution exigent un long et pénible effort d’éducation. Ainsi, par exemple, l’esclavage n’a pas cessé immédiatement avec l’adoption du christianisme; encore moins la liberté a-t-elle aussitôt régné dans les États, et les gouvernements et constitutions ont-ils été rationnellement organisés ou même fondés sur le principe de liberté. Cette application du principe aux affaires du monde, la transformation et la pénétration par lui de la condition du monde, voilà le long processus qui constitue l’histoire elle-même. J’ai déjà appelé l’attention sur la différence entre ce principe comme tel et son application, c’est-à-dire son introduction et sa réalisation dans la réalité de l’esprit et de la vie: c’est une détermination fondamentale de notre science et il faut s’en bien souvenir. Comme on a provisoirement souligné ici cette différence par rapport au principe chrétien de la conscience, la liberté, elle s’établit aussi essentiellement pour le principe de la . liberté en général. L’histoire universelle est le progrès dans la conscience de la liberté – progrès dont nous avons à reconnaître la nécessité..”…..

Le trébuchet de Quentin

Author : Gilbert — 14 Apr 2007

Quentin, l’aîné de mes petits enfants, très fort en math et en thème (1ère S) a récemment proposé à son prof et à sa classe une étude, un mémoire sur le thème “modèles et modélisations”, il a choisi, pour répondre à la question posée, le recours au modèle du “trébuchet”, sous le titre : “Peut-on envoyer avec un engin d’hier une bombe d’aujourd’hui ? “. Bonne question d’un lycéen amoureux des mathématiques plus que de l’Art Militaire ! Rappelons- nous que, jadis, les officiers artilleurs, spécialistes en balistique, étaient les meilleurs mathématiciens des Grandes Ecoles de Guerre. Et puis provoquer l’anachronisme est propre à stimuler la réflexion ! l’humour est souvent partie prenante de la créativité. Et le modèle est bon !
A la lecture du Rapport j’ai tout de suite apprécié son introduction qui s’appuie sur une analyse du mot “trébuchet”, on ne peut, en effet, séparer le mot de la chose, ainsi on donne à celle-ci ainsi une dimension historique et à celui-là une étymologie significative.
….”Le trébuchet est une ancienne machine de guerre dite à contrepoids. Elle sert principalement à détruire les murs des châteaux forts en y lançant d’énormes boulets. Introduite en France au XIIe siècle elle est utilisée jusqu’au XVIe siécle. Le mot “trébuchet” vient de l’occitan “trebucca” qui signifie “qui apporte des ennuis” mais dans l’Occitanie médiévale la trebucca était aussi une balance de précision. Il est constitué d’une verge liée à un contrepoids articulé. A l’autre extrémité de la verge se trouve une poche dans laquelle était placé un projectile.”…..
Pour moi qui ne connaissais le trébuchet que comme balance de précision des orfèvres et des officines,et dans l’expression “monnaie sonnante et trébuchante”. ! Je découvre,étonné que le trébuchet était cousin de la catapulte et ancêtre de la “grosse Berta” ! Et le voilà sacré modèle de balistique, changement de poids, de dimension et de destination !
Quentin et ses camarades (Matthieu et Simon) ont d’abord calculé les éléments théoriques du trébuchet puis tenu compte de la réalité. Le frottement de l’air par exemple que l’on peut de prime abord négliger prend consistance, oppose une résistance et amortit la trajectoire parabolique. Il faut chiffrer, calculer, (on sent poindre la question de l’aérodynamisme qui n’est pas à l’ordre du jour). Ils ont construit une maquette ( 60 cm environ d’envergure), ils ont établi un protocole expérimental, fait varier les paramètres ( la masse du contrepoids par exemple), confronté les résultats avec ceux des logiciels qu’ils ont découverts et exploités. La réponse à la Question posée ne les surprend pas : on peut obtenir des résultats compararables à ceux d’un petit canon actuel avec un trébuchet de plusieurs dizaines de Km d’envergure et un contrepoids énôôôrme ! ! ! !
Merci à Mars et Vulcain, l’artillerie a su s’appuyer sur ces fondamentaux balistiques et exploiter tous les progrès des explosifs, depuis l’invention de la poudre. Si viser c’est toujours tracer une corde à la trajectoire parabolique, les conditions initiales sont totalement différentes, mais en définitive toujours la GRAVITE l’emportera et des ENNUIS le trebucca toujours apportera ! !

NB-Le verbe “trébucher est un composé hybride du latin tra-, trans- “au-delà” (avec l’idée de déplacement) et du francique “buk “tronc du corps”. Trébucher c’est se déplacer et brutalement buter du pied contre un obstacle, l’élan acquis puis rompu précipite le haut du corps en une chute soudaine sans parade mais non sans dommage ! Si l’on sait que “trébuchet” désignait aussi un “piège à bascule pour les petits oiseaux”. entre chute et piège on comprend que les occitans aient aussi donner au mot l’acception (effective) de porteur, générateur d’ennuis ! !
Pour la petite histoire le verbe “trébucher” a acquis la transitivité grâce à la fonction de peser : je “trébuche le pour et le contre” alors que “j’ai trébuché sur ce sentier caillouteux” ! !

Noam Chomsky

Author : Gilbert — 4 Apr 2007

NOAM CHOMSKY, des problèmes aux mystéres

Le célèbre linguiste américain (né en 1928) fait partie de ma mythologie personnelle surtout le Chomsky des années 50-60 (âge d’or de la linguistique). L’effervescence de l’époque autorisait toutes les audaces. C’est ainsi qu’il rompit avec le structuralisme du Pape Saussure, opposant “les performances de la parole” aux notions de “structures de la langue”. Influencé par la logique et la cybernétique, il étudie les relations entre les concepts et leur réalisation dans le discours? Ne voulant pas se réduire au descriptif il élargit son domaine d’études à la psychologie et aux rapports entre parole et pensée. C’est ainsi qu’il est conduit à prendre des positions morales et politiques ( fin des années 60). et à devenir un “intellectuel” (sens français) anarchiste et engagé. Le savant, alors, le cède au militant. Il devient très critique voire violent à l’endroit de la philosophie française qui se caractérise par la grandiloquence et l’autosatisfaction, “Star system” de pacotille. Lacan, Derrida sont ridicules et infantiles. En 1988, Noam Chomsky condamne sans appel dans “Language and Politics” ces intellectuels qui vont d’une absurdité à une autre. Dès lors Chomsky intervient en politique et quitte le champ scientifique. Il s’éloigne du Champ de la Connaissance des Capacités humaines pour s’intéresser à ce que les hommes font de leurs Capacités, des problèmes vers les mystères.

“Les éditions de l’Herne ” annoncent la sortie, dans la collection “Les Cahiers de l’Herne” d’une étude “Chomsky” dirigée par Jean Bricmont et Julie Franck.
Nous aurons donc l’occasion d’en reparler et peut-être de découvrir au-delà des outrances langagières la possibilité de soumettre le deuxième Chomsky à la critique du premier ! et réciproquement ! !

Le biais du gars

Author : Gilbert — 3 Apr 2007

Au cours d’une de mes déambulations, pérégrines et hasardeuses, sur la toile j’ai découvert une thèse ( de doctorat en Sciences Humaines, Université François Rabelais de Tours) de Noël Denoyel. Ce fut d’abord l’archaïsme de son titre qui attira mon attention : “Le biais du gars”. Puis les références à la notion “d’occasion” (cf Jankelevitch), à la philosophie chinoise, son art du détour et sa pensée en creux (cf François Jullien), Je retrouvais le concept d’interferrance créatrice tel que défini par “le PERCOLATEUR HEURISTIQUE ” (voir l’article “interferrance, page “invention“).


“Cet art, un des artisans le nomme “le biais du gars”, régionalisme témoin de la métis des grecs, connaissance “oblique” des habiles. Cette intelligence pratique et rusée, ce savoir ­mémoire saisit l’occasion, la crée: “Donner le bon coup de marteau au bon endroit, et au bon moment”. On retrouve aussi dans l’art du détour chinois, cette pensée “en creux” hors de tout référentiel, qui ne justifie jamais sa démarche, mais se focalise sur le “potentiel de la situation“.

Merci à l’excellent site :”http://garde-à-vue.com” pour la découverte qu’il m’a permise.

© Droits de reproduction réservés - Le Percolateur de Gilbert FRANCOIS -
Lyon - http://www.lepercolateur.info/ - Date d´édition: 2021-06-18 08:21:52 -

© Droits de reproduction réservés - Le Percolateur de Gilbert FRANCOIS - Lyon (http://lepercolateur.info/) - 2008-9 v4_3
Autre publication (percolation hebdomadaire) : Le Webdo Perco.
- 0.07 secondes - W3C