Webdo Perco : percolation hebdomadaire

Ce site en annexe du “percolateur” ne prétend à l’exhaustivité, ni à l’autorité mais simplement à une curiosité vagabonde dans cette “bribiothèque” de notre époque, ces “bouts écrits”, ces fragments, ces éclats de Vérité voire ces coups de gueule. Kaléidoscope ou Patchwork. Du tabulaire forcément lacunaire.

  • August 2009
  • July 2009
  • June 2009
  • May 2009
  • April 2009
  • March 2009
  • February 2009
  • January 2009
  • December 2008
  • November 2008
  • October 2008
  • September 2008
  • August 2008
  • July 2008
  • June 2008
  • May 2008
  • April 2008
  • March 2008
  • February 2008
  • January 2008
  • December 2007
  • November 2007
  • October 2007
  • September 2007
  • August 2007
  • July 2007
  • Le lien entre science et philosophie.

    Extrait de l’introduction au Colloque de Cerisy ; “Intelligence de la Complexité”(2007) par “Edgar Morin”.
    Le lien entre sciences et philosophie a été rompu. Encore au XVIIe siècle les grands scientifiques étaient enmême temps de grands philosophes. Certes, ils n’identifiaient pas science et philosophie. Quand Pascal faisait ses expériences au Puy de Dôme, il ne pensait pas au problème du Pari. Mais du temps de Pascal, Gassendi, Leibniz, il n’y avait pas cette coupure. La coupure est devenue un fossé redoutable. Le fossé d’ignorance et de méconnaissance sépare la culture scientifique de la culture des humanités.
    ‘Mais le courant a commencé à s’inverser: les sciences les plus avancées arrivent aux problèmes philosophiques fondamentaux: pourquoi y a-t-il un univers à partir de rien? Comment est né cet univers d’un vide qui n’était pas en même temps le vide? Qu’est-ce que la réalité? L’essence de l’univers est-elle voilée ou totalement connaissable?
    Le problème de la vie se pose désormais dans une complexité qui dépasse la biologie: les conditions singulières de son origine, les conditions des émergences de ses puissances créatives. Bergson avait tort en pensant qu’il y avait un élan vital, mais avait raison en parlant de l’évolution créatrice. Il aurait même pu parler de la créativité évolutive……

    Le livre a été édité aux éditons de I’aube, avec le sous-titre : Épistémologie et pragmatique

    24 Oct 2008 — Lien unique

    dé  Webd'azard

    Le philosophe de la technique : Gilbert Simondon.

    Né à Saint-Etienne le 2 octobre 1924, Gilbert Simondon fit ses études secondaires au lycée de sa ville natale, et eut tôt l’occasion de fréquenter le milieu industriel, de discuter avec des ingénieurs, de s’intéresser à l’invention scientifique et technologique et à la manière dont les innovations sont reçues au sein de la société. Elève de khâgne au lycée du Parc à Lyon, élève de l’ENS de 1944 à 1948, agrégé de philosophie, il fut professeur de classe terminale au lycée Descartes de Tours (1948-1955), où il lui arrivait de faire le cours de physique aussi bien que celui de philosophie, En 1955 il devint assistant à l’Université de Poitiers. Sa double thèse de doctorat d’Etat (sur l’individuation, sur les objets techniques), soutenue en 1958, lui permit de devenir professeur des universités.
    L’œuvre de Simondon aura influencé et inspiré des auteurs tels que Jean Baudrillard, Georges Friedmann, Abraham Moles ainsi que Gilles Deleuze et Bernard Stiegler. Son œuvre n’est pas sans résonance avec celle de Leroi-Gourhan . Elle n’est pas non plus sans parenté avec la médiologie de Régis Debray…Il faudra que, à son propos nous parlions del’évolution transductive”.
    Gilbert Simondon mourut en février 1989.

    3 Oct 2008 — Lien unique

    “La Chine obscurcit ? mais il y a clarté à trouver !” B. Pascal.

    Dans le sillage de la lecture du “Traité de l’Efficacité”, de la “Chaîne et la Trame“,de l“Éloge de la fadeur” , “la propension des choses” du philosophe-sinologue François Jullien j’ai lu, édité par les PUF, dans la collection “Libelles” : “Conférence sur l’efficacité””, où il met les concepts d”efficience, d’effectivité, de propension, au service de managers et chefs d’entreprise; réunis en séminaire (2005). Ce petit texte (une centaine de pages tout au plus) est un véritable bonheur d’intelligence et pourra combler ceux qui s’intéressent d’une façon générale à l’entreprise, aux stratégies politiques et aux différences culturelles. Sa conférence sur l’efficacité offre ainsi une comparaison, accessible à tous, de deux modèles bâtis sur des socles très différents (la Raison d’un côté, l’Equilibre ou sa recherche de l’autre) . Dans son introduction François Jullien cite Blaise Pascal qui compare Moïse et la Chine ” Lequel est le plus croyable des deux, Moïse ou la Chine ?, mais “la Chine obscurcit dites-vous ? ; et je réponds : ” La Chine obscurcit, mais il y a clarté à trouver”.

    20 Sep 2008 — Lien unique

    Tisserand géomètre, facilitateur du parcours et du transport

    D’abord, trouver conditionnellement, une parole, un logos, qui, déjà, ait travaillé à connecter les crevasses qui courent à travers le chaos spatial des variétés déconnectées. Ainsi, trouver le Tisserand, le Tisserand proto-ouvrier de l’espace, prosopopée de la topologie et des noeuds, le Tisserand qui travaille à recoudre localement deux mondes séparés, séparés, dit le mythe des autochtones, par un arrêt subit, la césure métastrophique accumulant les morts et les naufrages: la catastrophe. Ouvrier, dit Platon en ce discours où viennent au concours la dichotomie rationnelle et le mythe des deux espaces-temps, la mesure commune et le Tisserand, ouvrier qui démêle, entrelace, tord, assemble, passe dessus, dessous et renoue, le rationnel, l’irrationnel, savoir le dicible et l’indicible, la communication et l’incommunicable. Ouvrier de l’espace unique, espace de la mesure et du transport, cet espace euclidien de tout déplacement possible sans changement d’état, substitué un jour, royalement, aux multiplicités proliférantes de morphologies non liées. A pratiquer la dichotomie, ses chemins connectés, il faut savoir que ses coupures suivent et recouvrent le vieux récit mythique où les mondes sont déchirés par une catastrophe, que seul le Tisserand sait recoudre ou péut réunir. Alors et alors seulement naît la Géométrie et le mythe se tait. Alors le logos ou rapport se déploie, chaînes et réseaux, sur l’espace lisse du transport, qui remplace à soi seul le discours des parcours. L’homogène lié gomme les catastrophes,. et l’identité congruente oublie les homéomorphies difficiles. La raison, comme on dit, a triomphé du mythe; non, c’est l‘espace euclidien qui a refoulé une topologie sauvage, c’est le transport et le déplacement sans obstacles qui ont pris tout d’un coup la place du parcours, le vieux parcours d’îles en catastrophes, du passage à la faille, du pont au puits et du relais au labyrinthe.

    Michel Serres “DIscours et parcours”, article dans “CRITIQUE”, Avril 1975, n° 335.

    29 Aug 2008 — Lien unique

    Efficacité, efficience, effectivité et propension.

    François Jullien, philosophe et sinologue, professeur à l’Université Paris 7 et directeur de l’Institut de la pensée contemporaine, a publié (2005) aux PUF (Libelles) : “Conférence sur l’efficacité” dont voici la 4ème de couverture.
    D’un côté, la conception européenne de l’efficacité, est liée à la modélisation comme à la fidélité et revendique l’action jusqu’à l’héroisme ; de l’autre, la pensée chinoise de l’efficience, indirecte et discrète, s’appuie sur le potentiel de situation et induit des “transformations silencieuses”, sans éclat ni même évènement. Par-delà cet écart, il s’agira d’interroger la nature de l’effectivité ; ou comment l’intervention humaine réussit à se brancher sur la propension des choses et s’y laisse intégrer.
    . Ce propos se garde donc de.séparer tant soit peu l’art d’ opérer sur des situations et l’exercice de la philosophie ; en résultent des effets de lecture portant sur sur l’histoire du XX”siède ainsi que la géopolitique – et géoéthique – à venir.

    Je connais l’oeuvre de François Jullien (depuis environ 10 ans), en particulier le “Traité de l’efficacité” (Grasset 1997). Il est vraisemblable que le Percolateur a été influencé par cette “pensée”. Vous êtes invité à une interferrance dans le Percolateur, à vous de voir !

    Vous pouvez aussi consulter la contribution : “Réseau de soins” sur le site idee-s.info.

    4 Aug 2008 — Lien unique

    Quelle identité ? Pourquoi se réduire ?

    Qui êtes-vous donc? L’intersection. fluctuante par la durée, de cette variété. nombreuse et bien singulière de genres divers. Vous ne cessez de coudre et tisser votre propre manteau d’Arlequin, aussi nué ou bariolé que la carte de vos gènes. Ne défendez donc pas. bec et ongles, l’une de vos appartenances. multipliez-Ies, au contraire, pour enrichir votre souplesse. Faites claquer dans le vent ou danser comme une flamme l’oriflamme de votre carte d’identité… Sortez donc de la prison, pour faire de cet étendard flottant dans le vent votre manteau d’Arlequin, bariolé, tigré, moiré, tacheté, moucheté, pommelé, varié, variable, aussi plissé que la peau et mobile que le visage…Extrait de “Atlas” de Michel Serres.

    On peut aller voir “Le petit traité de Lugdunologie” sur Le Percolateur.

    Clés :
    27 Jul 2008 — Lien unique

    Aristote cause le scandale ! Au secours les médiologues ! !

    L’Université Française est secouée, suite à la publication du livre de Sylvaln Gouguenheim, par une polémique historique qui ne lui fait pas honneur, qui n’intéresse que les tenants d’ une intolérance qui ne devrait pas exister en ces lieux. Cette polémique ne nous intéresse pas et nous la déplorons.
    Que l’on permette au simple lecteur que je suis, et à beaucoup de mes amis d’exprimer une opinion que je découvre scandaleuse ! ! !. 1° ce livre est passionnant. 2° L’auteur ne conteste pas le rôle des Arabes dans la transmission de la pensée grecque (il rappelle au passage qu’il ne faut pas confondre “arabité et islam”). 3° Il montre que cette intercession ne fut pas la seule et qu’il y eut aussi une transmission continentale et grecque. 4° La transmission Sud était handicapée par la langue, son écriture et sa traduction. 5° Toute transmission laisse des traces du message transmis, c’est même un des premiers effets de ce transfert : l’Arabité a profité du passage mais pas l’Islam qui s’est révélé imperméable à l’ imprégnation grecque..
    La thèse de Sylvain Gouguenheim est soutenue par une argumentation rigoureuse et érudite. La question posée est par excellence d’ordre MÉDIOLOGIQUE et l’on s’étonne que Régis Debray n”intervienne pas dans ce débat.

    On peut se rendre sur L’Européen selon Valéry

    18 Jul 2008 — Lien unique

    Les pages du webdo perco contiennent les percolations hebdomadaires (quelles que soient leur dimension et leur forme) regroupées en pagination mensuelle. En haut à droite, toutes les 20 secondes, un texte du weddo est tiré au hasard ! Toutes les pages restent en archives accessibles via les menus en haut et bas de la page. Chaque webdo perco a son lien unique.
    Les recherches sont possibles de deux façons : via un mot saisi dans la zone sous la liste des titres en haut à gauche ou via un clic sur un mot-clé qui est affiché à la fin d’un webdo perco.

    (retour à la première page)

  • August 2009
  • July 2009
  • June 2009
  • May 2009
  • April 2009
  • March 2009
  • February 2009
  • January 2009
  • December 2008
  • November 2008
  • October 2008
  • September 2008
  • August 2008
  • July 2008
  • June 2008
  • May 2008
  • April 2008
  • March 2008
  • February 2008
  • January 2008
  • December 2007
  • November 2007
  • October 2007
  • September 2007
  • August 2007
  • July 2007
  • © Droits de reproduction réservés - Le Percolateur de Gilbert FRANCOIS -
    Lyon - http://www.lepercolateur.info/ - Date d´édition: 2021-06-15 00:02:58 -

    © Droits de reproduction réservés - Le Percolateur de Gilbert FRANCOIS - Lyon (http://lepercolateur.info/) - 2008-9 v4_3
    Autre publication (percolation hebdomadaire) : Le Webdo Perco.
    - 0.85 secondes - W3C