Webdo Perco : percolation hebdomadaire

Ce site en annexe du “percolateur” ne prétend à l’exhaustivité, ni à l’autorité mais simplement à une curiosité vagabonde dans cette “bribiothèque” de notre époque, ces “bouts écrits”, ces fragments, ces éclats de Vérité voire ces coups de gueule. Kaléidoscope ou Patchwork. Du tabulaire forcément lacunaire.

  • August 2009
  • July 2009
  • June 2009
  • May 2009
  • April 2009
  • March 2009
  • February 2009
  • January 2009
  • December 2008
  • November 2008
  • October 2008
  • September 2008
  • August 2008
  • July 2008
  • June 2008
  • May 2008
  • April 2008
  • March 2008
  • February 2008
  • January 2008
  • December 2007
  • November 2007
  • October 2007
  • September 2007
  • August 2007
  • July 2007
  • Le trope “Moussu”

    Roland Barthes raconte que lors d’un voyage aux États -Unis, il avait fait la connaissance d’une dame qu’il appelle Madame Moussu, avec laquelle il bavardait souvent sur le pont du bateau. Un jour alors qu’il allumait une cigarette, madame Moussu lui dit: « Oh, mon fils dit toujours: Depuis que je suis entré à Polytechnique, je ne fume plus. » Roland Barhes de remarquer qu’il y avait là une figure de rhétorique dans laquelle l’information principale, (que madame Moussu est seule à connaître), est que son fils était polytechnicien, Cette proposition importante est donnée à travers une subordonnée; comme accessoirement ! Voilà «une véritable figure de rhétorique» à laquelle Roland Barthes. a donné un nom propre ». “La figure Moussu”. Le trope que Madame Moussu patronne servira désormais à subordonner le principal à l’accessoire, au secondaire.

    28 Jan 2009 — Lien unique

    dé  Webd'azard

    “Pouvoirs et savoirs de l’écriture” Jack Goody

    Les recherches de Jack Goody sur les cultures orales et écrites ont profondément contribue’ à faire prendre conscience que la langue est un mode de production du social et du cognitif. Tout changement dans les moyens de communication introduit ainsi des modifications majeures dans la nature et la distribution des pouvoirs et des savoirs (papiers d’identité, billets de banque, billets doux…).
    L’ordre graphique et le développement des cultures scientifiques ou religieuses, l’oralité rituelle en Afrique et sa mémoire écrite, les «technologies de l’intellect et les procédures de traitement du texte» ou encore les pouvoirs historiques et ambivalents du livre, autant de questions «goodiennes» qui font l’objet de recherches constantes mais aussi de vifs débats dans la communauté scientifique internationale

    Jack Goody, socio-ethnologue anglais, spécialiste de l’Histoire de l’Écriture (La Raison Graphique…), a exercé, il y a plusieurs années, une influence déterminante sur ma conception du Percolateur.

    24 Jan 2009 — Lien unique

    L’homme qui écrivit “Don Quichotte” ou la Création littéraire.

    Michel Lafon a choisi de faire toute la lumière sur l’énigme littéraire que constitue “Pierre Ménard”. À l’aide de documents irréfutables, il dévoile le rôle essentiel de Ménard et démontre que c’est lui et lui seul qui a fait de Borges le grand écrivain qu’il est devenu, en l’aidant et en le conseillant jusqu’à sa disparition en 1937. Il révèle aussi que Ménard a joué le même rôle de conseiller occulte auprès de nombre d’écrivains alors débutants, dont André Gide et Paul Valéry. Ainsi, les premiers vers du Cimetière marin seraient de la plume de Ménard, tandis que Valéry lui rend hommage sous les traits de M. Teste. Réflexion sur les rapports entre réalité et fiction, ce roman s’attache également aux relations étranges mais bien réelles entre écrivains vivants et disparus, à ces absents qui accompagnent, et quelquefois guident, le geste d’écrire. Car c’est bien de fantômes qu’il s’agit, que l’auteur convoque au final dans l’un des derniers lieux sauvages de Montpellier, ce Jardin des Plantes que chérissait Ménard.
    Michel Lafon : “Une vie de Pierre Ménard” chez Gallimard, octobre 2008.

    Clés :
    13 Jan 2009 — Lien unique

    ” Un art paradoxal “

    Un art paradoxal : la notion de disegno en Italie (XVe-XVIe siècles)” de Joselita Ciaravino, ( Editions L’Harmattan).
    Quand Raphaël veut offrir un échantillon de son génie à Albrecht Dürer, il n’envoie pas une peinture mais un dessin. La Renaissance du premier XVe siècle considère en effet le dessin – disegno en italien – comme le lieu de la création par excellence. Est-on sûr d’avoir tout dit sur cette pratique essentielle ? Cette question est le point de départ d’une recherche originale sur le rapport du disegno et de la peinture, rapport complexe voire ambigu, toujours placé sous le signe de la complémentarité. A travers les registres de l’architecture, des écrits sur l’art et de la représentation du corps, plus particulièrement dans les écrits et les images de Léon Battista Alberti, Giorgio Vasari, Léonard de Vinci et Pontormo, cette étude met en évidence les différents aspects du disegno aux XVe et XVIe siècles : instrument pour explorer et s’emparer du monde chez les architectes et les géographes, mode d’invention métaphysique pour les écrivains et les philosophes, moyen de représenter le corps pour les peintres. Entre action et imagination, entre esquisses, cartons et bozzetti, ce livre fait le portrait inédit d’une des plus anciennes expériences de l’art occidental. Un art qui n’est pas un art, que les auteurs de la Renaissance ont relégué au rang d’étape préparatoire alors même qu’ils en faisaient une notion cruciale. Un art paradoxal, dont les artistes ne pourront jamais vraiment se passer. (Présentation de l’éditeur)
    On peut ajouter que Paul Valéry , commentateur, admirateur et exégète de Léonard de Vinci a, dans ses Cahiers beaucoup usé de cet Art paradoxal.

    Clés :
    8 Jan 2009 — Lien unique

    L’écriture importe à la découverte.

    Le passage du Nord-Ouest, celui qu’on n’espérait plus découvrir entre deux océans, deux mondes, D’Atlantique en Pacifique où il s’agit toujours des hommes et du monde, mais séparés par une barre, comme s’il y avait deux mondes, celui des éveillés, celui des endormis, comme s’il y avait deux humanités, celle qui s’affaire à transformer les choses et celle qui s’enchante à ses propres rapports. Ce passage du Nord-Ouest, les sauvages l’avaient trouvé, j’entends par là que, dans la vie courante, les travailleurs le passent tous les jours. Combien de pêcheurs basques, à la course de la baleine, combien de Norvégiens, de Grecs, de Phéniciens, de Bretons inconnus, avaient découvert l’Amétique et le trou vers le Pacifique, avant le savant érudit Christophe Colomb, représentant des Rois ? Ils ne l’ont pas écrit, voilà toute l’affaire. (Michel Serres) Après tout, la chose n’est pas un miracle, nous sommes dans un monde, nous le partageons; nous en sommes sans doute les découvreurs, les inventeurs sans forcément en être les cartographes, les chantres, les descripteurs, les colonisateurs ou…. les rapporteurs!!

    Rapporteur est riche de nombreuses acceptions.!!!!

    4 Jan 2009 — Lien unique

    Édifiant

    On a longtemps cherché pour la langue française des origines les plus nobles, justifiant sa grandeur. Découvrir qu’elle provenait d’un latin populaire mêlé de gaulois et de germanique, qu’elle était la moins latine des langues romanes fut un chagrin.
    On sut toutefois compenser ce manque initial en édifiant un idiome comparable à la latinité enfuie : orthographe savante, lexique refait, grammaire réglée, fonction sociale éminente. C’est pourquoi le français, admirable latin de désespoir, est aussi la plus monumentale des langues romanes.
    On sut enfin donner à la langue nationale une origine, autochtone, enfin gratifiante. Le parler de l’Île-de-France, dialecte élégant et pur, aurait eu depuis toujours la faveur des écrivains, la protection des princes ; il aurait été la source incomparable de l’idiome irriguant la France et le monde. À la fin du XIXe siècle, la science républicaine changea cette légende en savoir positif, offrant au pays meurtri la raison d’admirer son langage et de le répandre.
    Une langue orpheline est ainsi devenue l’exemple universel de la perfection naturelle que confortent les artistes et les doctes, ainsi que l’identité d’une nation, et sa passion la plus vertueuse.

    À propos de “La langue orpheline” Bernard Cerquiglini -Les éditions de Minuit 2007

    Clés :
    26 Nov 2008 — Lien unique

    Fragmentation sur fond de silence.

    Il me semble que l’écriture sur la toile doive suivre les préceptes de saint Jérôme qui préconisa pour la transcription de la Bible un système d’écriture que les Latins avaient déjà employé : l’écriture per cola et commata , qui s’opposait à l’écriture des textes en lignes ininterrompues. Ce procédé de copie consistait à diviser les parties de l’énoncé en « membres » ou unités syntaxiques. Chaque « membre » ne devait occuper qu’une ligne et les Écritures devaient être copiées en colonnes et divisées en chapitres et en versets.
    Cette « aération » de la page et cette exploitation du blanc devait améliorer la lecture: « les écrits établis per cola et commata auront un sens plus clair pour les lecteurs ». Pour facliter sa lecture Le percolateur” essaie de se conformer à ce conseil autorisé, pas toujours avec succès ! ! !

    28 Sep 2008 — Lien unique

    Les pages du webdo perco contiennent les percolations hebdomadaires (quelles que soient leur dimension et leur forme) regroupées en pagination mensuelle. En haut à droite, toutes les 20 secondes, un texte du weddo est tiré au hasard ! Toutes les pages restent en archives accessibles via les menus en haut et bas de la page. Chaque webdo perco a son lien unique.
    Les recherches sont possibles de deux façons : via un mot saisi dans la zone sous la liste des titres en haut à gauche ou via un clic sur un mot-clé qui est affiché à la fin d’un webdo perco.

    (retour à la première page)

  • August 2009
  • July 2009
  • June 2009
  • May 2009
  • April 2009
  • March 2009
  • February 2009
  • January 2009
  • December 2008
  • November 2008
  • October 2008
  • September 2008
  • August 2008
  • July 2008
  • June 2008
  • May 2008
  • April 2008
  • March 2008
  • February 2008
  • January 2008
  • December 2007
  • November 2007
  • October 2007
  • September 2007
  • August 2007
  • July 2007
  • © Droits de reproduction réservés - Le Percolateur de Gilbert FRANCOIS -
    Lyon - http://www.lepercolateur.info/ - Date d´édition: 2021-06-14 23:45:06 -

    © Droits de reproduction réservés - Le Percolateur de Gilbert FRANCOIS - Lyon (http://lepercolateur.info/) - 2008-9 v4_3
    Autre publication (percolation hebdomadaire) : Le Webdo Perco.
    - 0.94 secondes - W3C